>
"C’est cette partie dominante dans l’homme, cette maîtresse d’erreur et de fausseté, et d’autant plus fourbe qu’elle ne l’est pas toujours, car elle serait règle infaillible de vérité si elle l’était infaillible du mensonge. Mais étant le plus souvent fausse, elle ne donne aucune marque de sa qualité, marquant du même caractère le vrai et le faux. Je ne parle pas des fous, je parle des plus sages et c’est parmi eux que l’imagination a le grand droit de persuader les hommes. La raison a beau crier, elle ne peut mettre le prix aux choses.

Cette superbe puissance ennemie de la raison, qui se plaît à la contrôler et à la dominer, pour montrer combien elle peut en toutes choses, a établi dans l’homme une seconde nature. Elle a ses heureux, ses malheureux, ses sains, ses malades, ses riches, ses pauvres. Elle fait croire, douter, nier la raison. Elle suspend les sens, elle les fait sentir. Elle a ses fous et ses sages, et rien ne nous dépite davantage que de voir qu’elle remplit ses hôtes d’une satisfaction bien autrement pleine et entière que la raison. Les habiles par imagination se plaisent tout autrement à eux
-mêmes que les prudents ne se peuvent raisonnablement plaire. Ils regardent les gens avec empire, ils disputent avec hardiesse et confiance, les autres avec crainte et défiance. Et cette gaieté de visage leur donne souvent l’avantage dans l’opinion des écoutants, tant les sages imaginaires ont de faveur auprès des juges de même nature.

Elle ne peut rendre sages les fous, mais elle les rend heureux, à l’envi de la raison, qui ne peut rendre ses amis que misérables, l’une les couvrant de gloire, l’autre de honte.

Qui dispense la réputation, qui donne le respect et la vénération aux personnes, aux ouvrages, aux lois, aux grands, sinon cette faculté imaginante ? "


Pascal, Pensées
Espace Ethique de Psychologie
 
 
E.E.P.
Accueil  Contact
Espace Ethique de Psychologie
Emmanuel Kant
"
Le sujet pensant est l'objet de la psychologie"




07 60
32 19 39
La psychologie ne se sauvera que par un retour aux enfers. Michel Foucault
"Nous devons dire en conséquence que l’état pathologique ou anormal n’est pas fait de l’absence de toute norme. La maladie est encore une norme de vie, mais c’est une norme inférieure en ce sens qu’elle ne tolère aucun écart des conditions dans lesquelles elle vaut, incapable qu’elle est de se changer en une autre norme. Le vivant malade est normalisé dans des conditions d’existence définies et il a perdu la capacité normative, la capacité d’instituer d’autres normes dans d’autres conditions. "
Georges Canguilhem
Le normal et le pathologique 1963
Jean Oury, Ambiance
Lucien Bonnafé, Asiles
Jean Oury, L'humour
Lacan "ils ne savent pas qu'ils le savent"
Clic droit  lecture
Hanna Arendt " Ne pas penser"
Pour que les gens parlent, faut aussi qu’ils osent parler. Ça aussi ça a l’air de rien et pourtant c’est quelque chose le nombre de gens qu’osent pas l’ouvrir, y a même pas besoin de les empêcher, ils se la coupent très bien tout seuls et ils trouvent toutes sortes de bonnes raisons pour pas se faire entendre, que de toute façon on les écoutera pas, et que ça servira à rien, et le jour où ils sont un peu sincères ils finissent par avouer qu’ils ont peur qu’on se foute d’eux, qu’ils ont peur de dire des conneries.

Comme si tout le monde en disait pas, des conneries, comme si dans tout ce qu’on débite y avait pas quatre-vingt-dix pour cent de conneries en moyenne, j’évalue ça en gros et vous m’en voudrez pas si je tombe un peu en-dessous de la vérité. Et puis qui c’est qu’en juge, que vous dites des conneries, qui c’est qu’en décide que c’est des conneries ?

C’est toujours la même histoire : au lieu de constater tout bêtement que les valeurs, c’est ni plus ni moins des mirontons comme vous et moi qui les font, aussi plats, aussi cons, aussi limités que vous et moi et sûrement pas infaillibles, les gens ils ont toujours derrière la tête, ce qui fait qu’ils peuvent même jamais le voir en face, ce modèle idiot de comment le monde est fait qu’y a quelque part dans les hauteurs une espèce de dépôt des poids et mesures ousqu’on trouve les étalons de tout ce qu’il faut dire et de ce qu’il faut pas dire, de ce qu’il faut penser et de ce qu’il faut pas penser, et toutes les fois qu’ils voudraient en sortir une ils se demandent ce que l’étalon va en dire, si elle sera à la bonne longueur ou si elle va pas avoir l’air trop minable, alors neuf fois sur dix après avoir bien réfléchi ils préfèrent la rentrer en douce, ils ont trop peur d’avoir l’air con.

Moi si je refaisais les Droits de l’homme, qui commencent à en avoir bien besoin, celui que je mettrais avant tous les autres, parce que c’est le plus fondamental et c’est peut-être le seul qui pourrait vraiment changer la vie, c’est le droit à la connerie. Le jour où chacun en sera pénétré, le jour où chacun sera décidé à l’exercer, vous pouvez pas imaginer ce que le monde sera plus heureux, et plus détendu, et plus aimable aussi. En attendant, faut continuer à avoir l’air intelligent, ce qu’on s’emmerde !

Roger Gentis, Guérir la vie, 1971.
Clic droit  lecture